Bibliothèque des Littératures Classiques

La collection « Bibliothèque des Littératures Classiques » est une collection fondée par la Société de Littératures Classiques et dirigée par Patrick Dandrey.

Elle a pris en 2013 la suite des Rééditions de textes rares du XVIIe siècle, créées en 1980.

Elle est dédiée à l’édition critique de textes rares et originaux de l’Ancien régime, en établissant des ponts entre les lettres et les arts, l’histoire de la société, des idées et de l’imaginaire. Les volumes sont composés et distribués par les Éditions Hermann, 6 rue Labrouste, 75015 Paris. www.editionshermann.fr

 BIBLIOTHÈQUES DES LITTÉRATURES CLASSIQUES

(ISBN 978-2-270-568)

Titres parus :

Manières de montrer Versailles. Guides, promenades, relations et explications sous le règne de Louis XIV, par Timothée Chevalier (390 p.,
14 x 21 cm, 24 euros, ISBN 9782705684501).

Le présent volume rassemble une trentaine de descriptions ou d’évocations de la nouvelle résidence royale par les contemporains, La Fontaine, Madeleine de Scudéry ou Charles Perrault, Molière, André Félibien, Louis XIV lui-même et bien d’autres, sous forme de guides, relations, promenades littéraires ou éloges en vers propageant la renommée de Versailles, dont la plupart n’ont jamais connu de réédition. Proposés in extenso ou par extraits, les textes sont présentés, annotés et précédés d’un avant-propos. S’y ajoutent un plan et une chronologie qui facilitent le repérage des lieux dans ce chantier permanent que fut Versailles.

Timothée Chevalier, normalien, diplômé d’HEC, a mené un double parcours en lettres et en gestion de la culture qui l’a conduit à s’intéresser aux rapports entre littérature, arts et architecture, en particulier à l’âge classique.

 

Césarion ou entretiens divers de César de Saint-Réal, introduction et édition critique par Federico Corradi (160 p., 14 x 21 cm, 19 euros,
ISBN 9782705684570).

Historien, savant et romancier, créateur de la nouvelle historique (Dom Carlos, 1672), Saint-Réal (1643-1692) offre avec Césarion, ouvrage de l’automne de sa vie (1684), l’exemple original d’une « révision critique » de nos certitudes historiques en pratiquant « une anatomie spirituelle des actions humaines ». S’appuyant sur le réalisme politique de Tacite et de Machiavel, il jette le soupçon du mépris, à l’instar de La Rochefoucauld, sur ce monde d’illusions et de faux-semblants où les hommes se conduisent « comme des aveugles, […] les plus étourdis au hasard, et les plus sensés à tâtons ».

Docteur de l’université Roma 3, post-doctorant de la Sorbonne Nouvelle, Federico Corradi enseigne la littérature française à l’université Guglielmo Marconi de Rome. Spécialiste du XVIIe siècle, il s’est intéressé notamment à l’œuvre de La Fontaine (Immagini dell’autore nell’opera di La Fontaine, Pacini, 2009) et a traduit La Princesse de Montpensier de Mme de La Fayette (édition critique bilingue, Portaparole, 2011).

 

De l’institution du Prince (1609) de Jean Héroard, texte établi, présenté et annoté par Bernard Teyssandier (354 p., 14 x 21 cm, 24 euros,
ISBN 9782705687502).

Le nom de Jean Héroard (1551-1628) est surtout connu pour le Journal qu’il consacra durant presque trente ans à la santé et au régime de vie du dauphin bientôt appelé à régner sous le nom de Louis XIII. Avec l’Institution du prince parue en 1609, c’est à la fois en médecin, en lettré et en précepteur qu’il tire de son expérience auprès du futur roi une réflexion argumentée sur le portrait d’un monarque idéal. Dans le vaste corpus des « miroirs » médiévaux et des textes de la Renaissance consacrés à l’apprentissage des grands, cette nouvelle Institution frappe par son caractère synthétique, plaisant et personnel. Héroard se met en scène en compagnie du nouveau gouverneur du dauphin, Gilles de Souvré. Les deux hommes se retrouvent au lever du jour, dans la proche forêt du château de Saint-Germain-en-Laye, et nouent un dialogue qui court pendant six « matinées ».

L’importance accordée ici à la rencontre et aux liens spécifiques unissant l’adulte à l’enfant dans le cadre d’une aventure pédagogique prélude à la promotion d’une sensibilité éducative qui trouvera sa réalisation la plus éclatante à la fin du XVIIe siècle dans Les Aventures de Télémaque de Fénelon.

Bernard Teyssandier est maître de conférences à l’Université de Reims où il enseigne l’histoire du livre et des bibliothèques. Depuis la publication de sa thèse (La Morale par l’image. La Doctrine des mœurs dans la vie et l’œuvre de Gomberville, H. Champion, 2008), il a consacré plusieurs travaux à l’éducation du prince au XVIIe siècle et à ses représentations.

 

Le Voyage de Mercure et autres satires d’Antoine Furetière, édité et commenté par Jean Leclerc (408 p., 14 x 21 cm, 26 euros, ISBN 9782705688059).

Le Voyage de Mercure d’Antoine Furetière est un joyau de la littérature facétieuse au milieu du Grand Siècle. Contraint par la guerre des dieux avec lesgéants de descendre parmi les hommes, Mercure doit prendre profession parmi ceux-ci. Sa traversée de la société contemporaine autorise Furetière à faire de lui le truchement d’un répertoire satirique d’emplois et de métiers du temps, du berger au marchand, du pédant au médecin, du poète au maquereau. Ces tribulations le projettent dans des situations loufoques propices à mettre en scène le ridicule de ces professions. Outre ce texte majeur, le présent ouvrage présente les cinq satires en alexandrins qui formaient la principale partie des Poésies diverses (1655). Elles aussi prennent pour cible divers corps constitués ou types sociaux du temps : tour à tour les marchands, les magistrats, les médecins et les poètes. Cet ensemble est donné à lire ici pour la première fois dans une langue modernisée, accompagné d’un apparat critique destiné à le rendre plus parlant aux connaisseurs et spécialistes de l’époque et aisément accessible aux étudiants et aux curieux qui chercheraient à entrer par une porte insolite et joyeuse dans la culture et la société du XVIIe siècle.

Jean Leclerc est professeur de littérature française de l’Université Western Ontario (Canada). Il est spécialiste des genres comiques et satiriques au XVIIe siècle, particulièrement des œuvres burlesques des années de la Fronde.

 

Dissertation sur les sonnets pour la belle matineuse de Gilles Ménage, édition introduite, établie et annotée par Guillaume Peureux (104 p., 14 x 21 cm, 16 euros, ISBN 9782705688608).

Cette dissertation composée en 1652 par l’un des meilleurs spécialistes de poésie au XVIIe siècle en France se trouve au cœur de débats alors essentiels sur la traduction, l’écriture poétique, l’invention lyrique. Elle permet de saisir, à travers ce qu’elle révèle d’un mode de lecture particulièrement érudit, dans un renouvellement du commentaire malherbien, des manières de faire de la poésie, de la concevoir, au cœur du Grand Siècle et au moment où la poétique réglée des savants va céder le pas au goût éclairé des honnêtes gens. Sa situation historique dit son enjeu, en plein essor de la préciosité, au moment où s’élabore l’idéal galant, dans un contexte mêlé dont Ménage, helléniste distingué (il sera le Vadius des Femmes savantes) mais reçu comme un oracle dans les salons et les cercles mondains les plus ennemis du pédantisme, incarne la complexité et la riche ambiguïté. Son propos éclaire d’un jour insolite et profond les soubassements, les visées et les défis secrets de la création littéraire à l’aube du classicisme français.

Guillaume Peureux est professeur à l’Université de Paris X-Nanterre. Il est spécialiste de l’histoire de la poésie française au XVIIe siècle. Il travaille actuellement à un projet sur les pratiques du commentaire de poésie à cette époque.

Cyrus, tragédie de Charles de La Rue, texte introduit, établi, traduit et annoté par Gaëlle Simon (375 p., 14 x 21 cm, 21 euros, ISBN 9782705689049).

Le théâtre des collèges jésuites constitue l’une des formes les plus mal connues et les plus passionnantes de l’engouement pour l’art dramatique qu’a connue l’Europe des siècles classiques. Le Cyrus du P. de La Rue, un proche de Pierre Corneille, a été représenté en 1679 au Collège de Clermont, actuel lycée Louis-le-Grand à Paris. Membre de l’équipe qui œuvre alors pour l’instruction du dauphin, fils de Louis XIV, ce jésuite hautement cultivé et fin latiniste produit là un chef-d’œuvre de la tragédie historique destiné à des représentations organisées dans le cadre de l’enseignement ouvert, pionnier et brillant de la Compagnie de Jésus, qui recrute les enfants de l’élite sociale dans la France de Louis XIV. Traduit pour la première fois en français, introduit, annoté et expliqué minutieusement, ce texte ouvre la porte au lecteur moderne sur un univers pédagogique, intellectuel et culturel qui allie à l’exotisme d’un passé oublié l’actualité brûlante des formes et des moyens offerts à l’éducation et à la formation des jeunes lettrés.

Gaëlle Simon est titulaire d’une maîtrise en Langues et littératures françaises et romanes de l’Université libre de Bruxelles où elle poursuit actuellement ses recherches sur la littérature néo-latine française du XVIIe siècle.

Trois récits de conjuration. Jean-François Sarasin, La Conspiration de Valstein (1655) – Saint-Réal, La Conjuration des Espagnols contre la République de Venise (1674) – Eustache Le Noble, De la conjuration des Pazzi contre les Médicis (1698), édition présentée, établie et annotée par Bruno Tribout (560 p., 14 x 21 cm, 27 euros, ISBN 9782705690526).

La première modernité constitue un âge d’or des conjurations. Celles-ci génèrent une ample littérature politique et ne cessent d’inspirer l’écriture de l’histoire. Les œuvres rassemblées dans ce volume en présentent trois déclinaisons différentes dans la seconde moitié du XVIIe siècle : La Conspiration de Wallenstein (1655) écrit par Jean-François Sarasin, La Conjuration des Espagnols contre la République de Venise (1674) de Saint-Réal, et l’histoire secrète d’Eustache Le Noble intitulée De la conjuration des Pazzi contre les Médicis (1698). De façon chaque fois singulière, la matière des conjurations se prête ici à l’expérimentation formelle qui caractérise ces années séminales pour l’élaboration de la poétique de l’histoire et de la fiction narrative moderne. Elle permet en effet de réfléchir à de nouvelles manières de concevoir la vraisemblance, de motiver les personnages, de toucher et d’intéresser le lecteur. Les lieux communs politiques et moraux du discours des conjurations sont ainsi exploités dans une perspective esthétique plus qu’idéologique. Pourtant, en sondant les secrets des princes et de la domination politique pour le plaisir du lecteur, les œuvres du volume contribuent, avec le vaste ensemble d’une polygraphie historique alors en plein essor, à développer des modes d’analyse critique du pouvoir bientôt appelés à jouer un rôle déterminant avec les Lumières.

Bruno Tribout enseigne la littérature française des XVIIe et XVIIIe siècles à l’université d’Aberdeen. Ses recherches portent sur les rapports entre littérature, histoire et pensée politique à l’âge classique. Il a publié un livre sur Les Récits de conjuration sous Louis XIV (Hermann, 2013) et plusieurs articles sur la mémoire et les représentations de la Fronde.

Livrets d’opéra de Philippe Quinault, présentés et annotés par Buford Norman, 3e édition revue et corrigée (838 p., 14 x 21 cm, 46 euros, ISBN 9782705691875).

Cette première édition critique des onze livrets écrits par Quinault entre 1673 et 1686 pour les tragédies en musique de Lully rend justice à l’une des meilleures réussites de l’esthétique galante qui marqua les années glorieuses du Roi Soleil. Au rebours des livrets d’opéra des XVIIIe et XIXe siècles, plus banals, ceux de Quinault témoignent d’une maîtrise esthétique, poétique et même politique à la fois nuancée, suggestive et savoureuse : lus et admirés par ses contemporains indépendamment de la musique mais parfaitement adaptés à celle-ci, ils constituent une expression plus fine que pompeuse du goût français sous Louis XIV. Au moment où l’opéra baroque du Grand Siècle revit grâce au talent des musicologues et des musiciens, découvrir ces textes permet de comprendre pourquoi « la douce harmonie de la poésie, le naturel et la vérité de l’expression » (Voltaire) qui caractérisent Quinault le firent choisir par Lully pour remplacer Molière auprès de lui, malgré la présence de concurrents aussi prestigieux que Racine, La Fontaine et Boileau !

Professeur émérite à l’University of South Carolina, Buford Norman consacre ses recherches depuis une trentaine d’années aux relations entre la musique et la littérature au XVIIe siècle. Il est l’auteur d’un livre sur les livrets de Quinault (2001 ; trad. revue et augm. Quinault, librettiste de Lully : le poète des Grâces, Wrave, Mardaga, 2009).

 

Œuvres poétiques complètes de Jean Auvray, édition introduite, établie et annotée par Sandra Cureau, avec une préface de Bernard Dompnier (1058 p., 14 x 21 cm, 45 euros, ISBN 9782705695156).

Jean Auvray (1580 ?-1624), poète normand, auteur de pieux ouvrages comme de « satyres » grinçantes ou grivoises, figure en bonne place dans les anthologies de la poésie baroque française. Et pourtant, la lecture de ses œuvres, dont la majeure partie était demeurée inédite depuis le XVIIe siècle, se réduit le plus souvent à celle d’extraits ou de morceaux de bravoure. À travers sa trajectoire personnelle, comme à travers l’abondance et la variété des pièces composées, s’esquisse pourtant un parcours d’homme de lettres en son siècle sensiblement différent de celui des « modèles » auxquels l’histoire littéraire ou la sociologie historique nous avaient jusqu’ici habitués. La présente édition se propose donc de combler une lacune et d’offrir au lecteur moderne l’accès à la globalité de ses œuvres poétiques, en suivant l’ordre chronologique de leur parution.

Docteur en littérature française de l’université Paris-Sorbonne, Sandra Cureau est professeur de classes d’enseignement supérieur (Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan). Sa recherche porte sur la poésie française du premier XVIIe siècle, et plus précisément sur l’œuvre de Jean Auvray auquel elle a consacré sa thèse.

Relation d’un voyage de Paris en Limousin (1663) de Jean de La Fontaine, édition introduite, établie et annotée par Damien Fortin (194 pages, 14 x 21 cm, 26 euros, ISBN 9782705697754).

Déjà traducteur de Térence, poète d’Adonis et du Songe de Vaux, conteur de quelques narrations au tour enjoué, La Fontaine adresse en 1663 six lettres en prose mêlée de vers à son épouse (et probablement au cercle étroit de leurs amis). Il y rend compte avec un air de badinerie amusée du seul voyage accompli durant une existence habituellement tendue entre la cité castelthéodoricienne et la capitale parisienne : le poète accompagne en Limousin son oncle par alliance, Jacques Jannart, substitut du surintendant Fouquet (disgracié deux ans plus tôt), exilé à Limoges. Cet itinéraire dans la France de Louis XII, François Ier et Louis XIII est l’occasion d’apprécier les lignes des paysages également façonnés par l’homme et la nature et d’admirer les œuvres d’art de la France médiévale, renaissante et classique : la grâce du Val de Loire des Valois et la symétrie de la cité et du château de Richelieu offrent à ses yeux deux manières d’organiser le royaume et de considérer les arts. Cette correspondance en forme de « galanterie » constitue le lieu d’élaboration d’une réflexion politique et esthétique en cours de gestation et forme le laboratoire d’invention des Contes et des Fables à venir.

Damien Fortin, maître de conférences à la Sorbonne (Sorbonne-Université), a soutenu en 2016 une thèse de doctorat consacrée aux récits biographiques appliqués à la personne et à l’œuvre de La Fontaine (1650-1850).

À paraître :

Télémaque à l’opéra (1700-1715) : Anonyme, Télémaque, tragédie (manuscrit de Cambrai) – Simon-Joseph Pellegrin, Télémaque, tragédie (1714) – Alain-René Lesage, Parodie de l’opéra de Télémaque (1715). Édition présentée, établie et annotée par Jean-Philippe Grosperrin.

Les Fables d’Adonis, de la Renaissance aux Lumières, anthologie critique de Céline Bohnert.

 

Société de littératures classiques (SLC)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search