Normes typographiques

Les auteurs sont priés de donner un texte définitif, rédigé en français correct, avec des citations référencées exactement, et respectant soigneusement le protocole ci-dessous. Il n’y aura pas de retour d’épreuves.

Chaque article est à remettre en fichier séparé, au format Word (extension « doc ») ou au format Rich Text (extension « rtf »).

Police : Times New Roman, ou à défaut Times.

Taille : 10 pour le corps du texte, 9 pour les notes de bas de page (numérotation continue).

 

A) SAISIE ET PRÉSENTATION DE L’ARTICLE

Voir également la rubrique 6 de la partie B (sur les abréviations).

 

1) Les appels de note doivent être collés au mot précédent et avant tout signe de ponctuation ou guillemets. Cependant, pour les citations détachées en pavé, les appels de note sont à insérer après le dernier signe de ponctuation. Les notes doivent suivre une numérotation continue dans le texte.

 

2) Espaces insécables : TRÈS IMPORTANT

Nécessaires à la mise en page, ils accompagnent systématiquement les guillemets ou les tirets, et précèdent toutes les ponctuations doubles ( ; : ? !)

Dans les notes, ils doivent suivre les abréviations p., t., vol., sc., etc., mais aussi précéder sq. ou cit. (voir infra le point B.6.).

On les placera également devant un chiffre arabe dans les références (exemple : III, 5), devant un chiffre romain pour indiquer un chapitre ou un nom de roi (exemple : chap. XII, Louis XV), et toujours entre l’initiale d’un prénom et le nom propre qui la suit (exemple : G. Couton).

 

3) Alinéa et début de paragraphe : retrait de 0,45 cm sur la droite.

Toute citation détachée n’entraîne pas forcément d’un alinéa : on s’attachera à l’unité du paragraphe.

N.B. De façon générale, on évitera les paragraphes trop longs rendant le texte compact et la lecture moins aisée, mais aussi les alinéas trop fréquents qui morcellent abusivement la disposition du discours en paragraphes miniatures.

On séparera les parties par un blanc accompagné de * * *. L’emploi d’intertitres, voire de sous-intertitres, est parfaitement possible.

 

4) Remarques sur les guillemets :

¶ On évitera toujours d’utiliser les guillemets autrement que pour signaler un emprunt citationnel, et on résistera en particulier à la manie actuelle de les utiliser comme indice d’approximation, auquel cas les tournures pour ainsi dire ou en quelque sorte feront davantage l’affaire. Le principe est simple : tout mot ou énoncé entre guillemets doit pouvoir être assorti d’une référence précise à sa source.

¶ Utiliser les guillemets à chevrons (« ») ; un espace insécable doit TOUJOURS suivre le signe « et précéder le signe  ».

¶ À l’intérieur d’une citation entre guillemets (« »), utiliser les guillemets anglais (“ ”) et seulement dans ce cas :

= touche Guillemets + Alt ;

= touche Guillemets + Alt + Majusc

¶ Les pseudo-guillemets du type ‘ ’ sont à proscrire.

 

5) Citations

On intègre dans le corps du texte soit les fragments de phrase, soit les phrases syntaxiquement autonomes quand elles ne sont pas trop longues (1 à 2 lignes, approximativement). Si la citation correspond à une phrase syntaxiquement autonome : majuscule initiale et point avant le guillemet final ; s’il s’agit d’un fragment de phrase : minuscule initiale et ponctuation après le guillemet final.

Dans le cas des citations longues : citations détachées en pavé dans le corps du texte : taille 9, interligne simple, appel de note après le dernier signe, ponctuation comprise.

Pour les citations en prose, marge de 1 cm en retrait du corps du texte.

Pour les citations en vers, marge de 2 cm.

 

6) Signes particuliers.

Utiliser systématiquement :

¶ les tirets moyens : – (taper simultanément la touche Tiret + touche Majuscule + touche Alt)

¶ les apostrophes courbes : l’âme

¶ les majuscules accentuées : À Rome, Émilie demeura seule et non A Rome, Emilie demeura seule

¶ les voyelles doubles : œ et non oe (pour cela, taper o en maintenant la touche Alt enfoncée)

 

 

7) L’usage des italiques s’applique :

¶ pour les titres d’œuvres, dès le premier mot du titre exact, déterminant compris (avec majuscules au déterminant et au premier substantif)

Exemples : on lit dans les Fables de La Fontaine… ; le procédé apparaît dans Les Aventures de Télémaque [ou bien : dans le Télémaque ].

¶ pour les mots en mention. Exemple : le terme zèle confirme la couleur religieuse du passage.

¶ dans les cas de soulignement. Exemple : cette tragédie était en ce sens intempestive

¶ pour les emprunts à des langues étrangères ou anciennes à l’intérieur d’une phrase, sauf si les mots correspondants sont couramment lexicalisés. Par exemple : aura, bluff, in-folio, factum s’écrivent en romain. Mais on écrira en italiques : a priori, a fortiori, ad hominem

Toujours en romain, l’abréviation de et cætera : etc.

 

8) Graphies d’époque dans les citations : il est possible de conserver la graphie d’une édition ancienne, mais alors il convient soit d’homogénéiser le choix, soit de reproduire exactement la graphie donnée dans l’édition de référence. Si on modernise les citations, il est préférable de s’y tenir dans l’ensemble de l’article (on peut le préciser en note) ; cependant, selon les éditions utilisées, on peut admettre des variations, en particulier lorsqu’interviennent des textes du XVIe siècle, pourvu que les citations reproduisent fidèlement l’édition de référence. Si l’on choisit de conserver la graphie ancienne, attention de ne pas moderniser subrepticement (et souvent inconsciemment).

 

9) Citations en latin, grec ou langue étrangère : toute citation doit être accompagnée d’une traduction française. Il est préférable de donner dans le corps du texte la version française – surtout quand la citation est elle-même fondue dans une phrase en français – et de placer dans la note le texte original. Mais l’essentiel est d’adopter une règle homogène. Toutes les citations en langue étrangère doivent être saisies en italiques.

 

10) Désignation des siècles : en chiffres romains (capitales) + exposant

Exemples : au Ier siècle avant J.-C. ; à la fin du XVIIe siècle

Les formes du type XVIIème ou XVII° sont à proscrire.

Attention aux accords : l’opéra des XVIIe et XVIIIe siècles ≠ l’opéra du XVIIe et du XVIIIe siècle.

 

11) Emplois de saint : toujours en minuscule pour les noms de saints et sans trait d’union :

saint Ambroise ≠ Saint-Simon (le duc de). Mais on écrira : [le jour de] la Saint-Louis

Cas particuliers : la Sainte Vierge, le Saint-Sacrement, le Saint-Esprit, l’Esprit saint, l’Écriture sainte, les Saintes Écritures.

12) Titres aristocratiques ou rangs : ne pas utiliser de majuscule (sauf dans le cas où elles seraient avérées au sein d’une citation). Exemples : la marquise de Sévigné, la duchesse du Maine, le président de Brosses, le chevalier des Grieux, le cardinal de Lorraine, la cour de Louis XV.

Les abréviations suivantes sont bienvenues : Mme, Mlle, M. (et non Mr.), MM., Mgr, etc. Elles seront suivies d’un espace insécable.

 

 

  1. B) RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES (NOTES DE BAS DE PAGE)

 

N.B. Les auteurs sont priés de veiller à l’exactitude rigoureuse de l’information signalée dans les références. Les textes dont les citations ne sont pas correctement référencées seront retournés.

 

1) Principe : toute citation dans le corps du texte doit être identifiée par des références bibliographiques précises en note. Préciser en conséquence, et dans cet ordre :

– auteur (prénom réduit aux initiales, puis nom, ou nom d’usage)  en minuscules

– titre,

– éditeur scientifique et/ou traducteur,

– lieu d’édition,

– maison d’édition,

– collection (quand c’est utile) = entre guillemets « »

– date,

– page(s) correspondant précisément à la citation.

> Ex. : Le Tasse, La Jérusalem délivrée, VI, octave 65, éd. et trad. J.-M. Gardair, Paris, Bordas, « Classiques Garnier », 1990, p. 346-347.

 

N.B. Il n’est pas souhaitable d’indiquer le format de l’ouvrage (sauf nécessité expresse de l’analyse), ni le nombre de pages, ni la cote de consultation en bibliothèque (sauf s’il est question d’un exemplaire unique). En revanche, la cote est requise dans les références à des textes manuscrits.

Exemple : Longepierre, Électre, BnF, Département des manuscrits, Fr. 24347, f°. 39-98.

 

2) Éditions de textes littéraires

2.1. Cas des éditions en plusieurs volumes : préciser si possible la date d’édition de l’ensemble (dates initiale et finale), la mention du tome étant alors donnée ensuite.

Exemple : Pertharite, IV, 3, dans P. Corneille, Œuvres complètes, éd. G. Couton, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1981-1987, t. II, p. 766-767.

 

2.2. Dans certains cas il peut être utile ou important d’indiquer la date de l’édition originale d’une œuvre citée : elle figure alors entre crochets (en romain) à la suite du titre.

Exemple : G. Forestier, Essai de génétique théâtrale. Corneille à l’œuvre [1996], Genève, Droz, 2004.

 

2.3. Dans le cas d’une édition en reprint, le mieux est de donner les références exactes de l’édition-source et d’indiquer simplement les références du reprint entre crochets. Dans le cas des reprints Slatkine de grand format, qui rassemblent 4 pages d’origine sur une seule page, on prendra soin de conserver la pagination d’origine.

Exemple : Houdar de La Motte, Œdipe [1726], I, 5, dans Œuvres de M. de La Motte, Paris, Prault, 1754 [réimpr. Genève, Slatkine, 1972], t. IV, p. 474.

 

2.4. Référence à un texte faisant partie d’une œuvre plus vaste : faire jouer s’il y a lieu la distinction entre titre en italique titre en romain entre guillemets.

Exemples :

La Bruyère, Les Caractères, « De la mode », 4.

  1. Bouhours, Entretiens d’Ariste et d’Eugène [1671], V : « Le je ne sais quoi », éd. B. Beugnot et G. Declercq, Paris, Champion, 2003, p. 280.

Guez de Balzac, « De la conversation des Romains », Œuvres diverses [1644], éd. R. Zuber, Paris, Champion, 1995, p. 81.

Houdar de La Motte, « Discours sur Homère », L’Iliade, Paris, Grégoire Dupuis, 1714.

La Fontaine, « L’Ours et l’Amateur de jardins », Fables, VIII, 10.

Ou encore : La Fontaine, Fables, VIII, 10 : « L’Ours et l’Amateur de jardins ».

 

3) Ouvrages collectifs (dictionnaires, actes de colloque, etc.)

On observera les exemples suivants :

  1. Zuber, Art. « Éloquence », dans Fr. Bluche (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 531-533.
  2. Papàsogli, «  Bossuet : l’espace intérieur », dans G. Ferreyrolles (éd.), Bossuet. Le Verbe et l’Histoire (1704-2004), Paris, Champion, 2006, p. 164-165.

N.B. On se gardera de confondre l’éditeur scientifique d’une œuvre littéraire [Pascal, Pensées, éd. G. Ferreyrolles, etc.] et l’éditeur qui supervise la publication d’un recueil collectif, par exemple des actes d’un colloque [G. Ferreyrolles (éd.), Bossuet. Le Verbe et l’Histoire].

 

 

4) Périodiques :

4.1. Ne pas abréger le nom des périodiques, au moins pour la première référence au sein d’un article. Exemple : Cahiers de l’Association Internationale des Études Françaises, et non C.A.I.E.F.

Le lecteur n’est pas censé connaître les conventions d’écriture propres à tel ou tel champ disciplinaire.

4.2. Sauf cas exceptionnel (revue rare, risque de confusion avec un autre périodique), il est inutile de préciser le lieu et l’éditeur, afin de ne pas alourdir les références

4.3. Le titre de l’article (en romain, entre guillemets, majuscule au premier mot seulement) est directement suivi du titre du périodique, puis du numéro, enfin de la date. Exemple : E. Bury, « Gassendi : philologie et République des Lettres », XVIIesiècle, n° 233, oct. 2006, p. 661.

4.4. Dans le cas d’un numéro thématique, on privilégiera la référence à partir du titre de la revue, avec titre du numéro entre guillemets et entre parenthèses.

Exemple : A. Régent, « “Mêler mille personnages divers, faire le docteur et le prophète” : l’ethos bossuétiste dans Le Carême du Louvre et dans les Oraisons funèbres », Littératures classiques, n° 46 (« Bossuet, Le Carême du Louvre »), automne 2002, p. 68 sq.

4.5. pour la référence à un article déjà cité, utiliser art. cit. [en romain], et en cas d’équivoque (si on a cité plusieurs articles du même auteur), utiliser un titre abrégé, les coupes étant signalées comme il se doit par des crochets droits enserrant des points de suspension insécables (taper simultanément sur la touche du point et sur la touche Alt).

Exemple : A. Régent, « […] l’éthos bossuétiste […] », art. cit., p. 56.

 

5) Citation intégrée à une note de bas de page           

Le plus clair est de faire suivre la citation de ses références entre parenthèses. Exemple :

« Un souverain équitable n’a point de grâces à faire. Si l’on y regarde de près, toute grâce est une injustice masquée. Elle suppose même, dans les cas de faveurs les plus indifférentes, qu’il n’y a pas dans tout l’empire un seul homme digne de préférence. » (Diderot, Observations sur le Nakaz, 109, éd. cit., p. 561).

 

6) Abréviations d’usage (en particulier pour les notes de bas de page) :

 

Id. ou id. = auteur cité à la note précédente, mais pour une œuvre différente

Ibid. ou ibid. = œuvre déjà citée à la note précédente

Loc. cit.  ou loc. cit. = œuvre citée à la note précédente, même page

Op. cit. ou op. cit. = œuvre déjà citée

Éd. cit. ou éd. cit. = référence à l’édition déjà citée de l’œuvre

Remarque :  Op. cit. suppose toujours « éd. cit. », qu’il est donc inutile de préciser alors. Rares sont les cas où une même œuvre est citée dans deux éditions différentes, auquel cas toutes les distinctions nécessaires doivent évidemment être apportées en note.

 

  1. pour page, TOUJOURS suivi d’un espace insécable
  2. pour vers, TOUJOURS suivi d’un espace insécable

chap. pour chapitre, TOUJOURS suivi d’un espace insécable

  1. pour livre, TOUJOURS suivi d’un espace insécable
  2. ou vol. pour tome ou volume, TOUJOURS suivi d’un espace insécable
  3. [en italiques] pour les pages ou vers suivants, TOUJOURS précédé d’un espace insécable

N.B. Les abréviations p., v. et sq. ne seront jamais doublées.

Exemple : p. 44-45, v. 56-64, v. 133 sq.

Dans le cas de renvois discontinus, observer la formulation du type :

  1. 44, 46 et 53 ; v. 16, 23 et 34-37

ATTENTION :

Cf. [en italiques] ne doit s’employer que pour introduire une référence à titre de comparaison (= « comparer à…»). Dans les autres cas, utiliser Voir (l’abréviation V. est à proscrire).

 

7) Références à un extrait d’œuvre dramatique ou poétique

Observer les exemples suivants :

Racine, Mithridate, III, 5

Marivaux, L’Épreuve, sc. 6 (avec espace insécable après sc.)

Virgile, Énéide, IV, v. 78-80 (avec espace insécable après v.)

Horace, Odes, I, 4, v. 2 (avec espace insécable et après v.)

 

8) Citations de la Bible (On précisera bien sûr l’édition de référence.)

Les titres des livres bibliques seront indiqués en caractères romains et non en italiques. Numéro de chapitre en chiffres romains de préférence, numéro de verset en chiffres arabes.

Exemples : Exode, XXII, 18 ; Psaumes, CXXXVI, 11-12 ; Jean, XI, 34

Société de littératures classiques (SLC)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search